Veuillez patienter

La check-list de l'entrée en négo

Les questions à se poser avant de négocier sa rupture de contrat avec son employeur

Vous vous posez peut-être une foule de questions. Nous vous proposons de répondre au moins à celles-ci :

1. QUI DEMANDE LA RUPTURE ? 

C’est un grand classique de négo : celui qui demande est souvent celui qui va devoir faire une concession.

C'est vous qui demandez la rupture conventionnelle (RC) ? Si votre employeur n'a pas d'intérêt à vous faire partir, peut-être que vous devrez vous contenter de l'indemnité minimum, voire renoncer à la RC au profit d'un autre plan.

C'est votre employeur qui vous propose une RC ? Après tout, vous n'êtes pas obligé d'accepter, donc peut-être qu'il devra vous faire une proposition financière attractive pour vous convaincre.

Mais tout n'est pas forcément si simple.

Peut-être que c'est vous qui sortez du bois, mais avec des arguments persuasifs.

A l'inverse, votre employeur vous propose une rupture conventionnelle, mais peut-être qu'il envisage de vous licencier si vous refusez.

Posez-vous donc ces deux questions : si c’est vous qui demandez, qu’est-ce qui pourrait convaincre votre employeur d’accepter ? Et si c’est lui qui demande, quelles seraient ses options si vous refusez ?  

2. POURQUOI VOULEZ-VOUS PARTIR ? ET POUR QUOI FAIRE ? 

Peut-être que la raison et le but de votre départ ne font qu’un : vous avez un projet professionnel qui vous fait très envie, c’est pour le réaliser que vous voulez partir. 

Peut-être au contraire que vous n’avez que des raisons de partir, mais pas encore de finalité : vous êtes usé (e) / lassé(e) / en colère et il est temps de tourner la page, sans savoir tout de suite quelle est la page suivante. 

Prenez simplement le temps de formuler ce "pourquoi" et ce "pour quoi faire", car ils déterminent plusieurs points importants. Par exemple :

  • Votre calendrier de départ : si vous êtes attendu dans une autre entreprise, vous devrez négocier rapidement.
  • La réception de votre démarche : si votre employeur est du genre à sympathiser avec votre projet de reconversion, ne vous privez pas de cette occasion de connivence.

3. QUEL EST L'INTERET DE VOTRE EMPLOYEUR ?

On ne réussit pas une négociation en ne pensant qu’à soi. Vous arriverez à un bon accord si vous prenez en compte les intérêts de l’autre partie, et si vous le montrez.

Recherchez donc par avance les avantages que pourrait trouver votre interlocuteur dans votre proposition.

Il peut s’agir d’avantages inhérents à votre départ, ou de garanties que vous pourrez apporter pour que ce départ se passe bien. Votre départ permettrait-il de supprimer un poste au bon moment ? Pouvez-vous au contraire contribuer à une bonne transition vers votre successeur ? Existe-t-il un conflit ou problème qui pourrait être aplani à l’occasion de votre départ ?

4. AVEZ-VOUS UN PLAN B ? 

Certains prétendent qu’avoir un plan B est la meilleure manière d’échouer dans le plan A. Chez Jobexit, on pense qu’avoir un plan B, c’est une prudence élémentaire, voire un avantage tactique si ce plan B est un repoussoir pour votre interlocuteur.

Vous voulez partir, voire partir avec une certaine somme. Votre employeur est-il obligé d’accepter ? Non. Que faites-vous s’il refuse ? Vous demandez une formation ? Vous restez dans votre emploi mais en demandant de nouvelles conditions? Vous vous résignez à démissionner ? Vous partez au conflit ? Voilà qui mérite réflexion, voire conseil.  

5. AVEZ-VOUS FAIT VOS COMPTES ? 

Impensable de rentrer en discussion sans avoir les idées claires sur 

  • Ce qui vous est légalement dû en cas de départ (indemnité compensatrice de congés payés, et indemnité minimale en cas de rupture conventionnelle ou de licenciement)
  • Le montant de votre salaire brut moyen
  • Votre indemnisation chômage
  • Vos besoins budgétaires après votre sortie. 

La simulation Jobexit répond à ces questions. Appropriez-vous ces données et partagez-les si besoin avec un de nos avocats partenaires

6. SAVEZ-VOUS QUE DEMANDER ?

D'abord, quel type de départ envisagez-vous ? Une rupture conventionnelle? Une rupture conventionnelle avec une indemnité supérieure à l’indemnité minimum ? Une démission mais en négociant votre prorata de bonus ?  

Un examen lucide de votre situation et de vos besoins vous permettra de faire le bon choix. 

Ensuite, êtes-vous au clair sur le détail de ce que vous allez demander ? Avez-vous pensé à tout ? Vérifiez-le avec la check-list suivante. 



Commencez dès maintenant la simulation de vos indemnités de départ et vos allocations-chômage

Faites vous accompagner pour négocier votre départ ou pour réaliser des démarches juridiques